Quand nous faisons de la généalogie, tous les amateurs savent qu’il y a des règles à respecter pour s’y reconnaître et se situer dans la chaîne. Dès le début on emprunte des chiffres que l’on appelle « SOSA ». Si vous démarrez par vous, vous êtes donc le SOSA 1, votre père sera le 2, et votre mère sera la 3, votre grand-père paternel le 4 et son épouse la 5 ; et les parents de votre mère seront les 6 et 7. Ces chiffres à chaque fois vous les doublez. Souvenez-vous les pairs pour les hommes et les impairs pour les femmes. J’ai donc commencé mes sosa par mon père n°1, c’est donc des sosas 4 et 5 dont je vais vous parler.

Résultat de recherche d'images pour "numéro sosa"

Après mes premières recherches, j’ai voulu établir la ligne de vie de chacun des membres de ma famille, commençons donc par celle de mes arrières grands-parents

4 - Eugène PIAT et 5 - Marie BERTHE.

Pour information : la ligne de vie consiste à reformer la famille d’un couple avec tous les évènements et même les adresses quand on peut les avoir.

 Comme vous avez pu le constater, mes découvertes précédentes, ont été un peu surprenantes. En généalogie, on peut, aussi bien trouver des gens aisés, que des pauvres, des aristocrates, des gens malhonnêtes, des gens de conditions modestes et d’autres de conditions bourgeoises. Comme dit le proverbe, vous choisissez vos amis mais pas votre famille. Alors, découvrons qui étaient les parents de mon grand-père paternel ?

 grand format

Quand Eugène PIAT et Marie Berthé se marient :

 Lui est âgé de 23 ans et il exerce la profession d’employé de commerce, dans la région parisienne, il habite 6, rue des Sablons à Issy les Moulineaux dans le canton de Sceaux. Il est né à Créteil le 27 mars 1856. Ses parents sont présents et consentants au mariage, son père Thomas PIAT est Gendarme à pieds à Issy les Moulineaux et il est même décoré de la médaille militaire, son épouse Thérèse Eugénie LAVIER est sans profession. Après son décès en 1909, elle obtiendra une pension avec jouissance à partir du 29 novembre 1909  de 488 Fr.

grand format 

 Elle, elle a 18 ans et elle ne travaille pas.

C’est à Nevers dans la Nièvre en plein pays du Morvan qu’Ils se marient le 19 août 1879. Les parents de la mariée habitent : 18, rue de la Boulerie. Le père Claude Berthé y est : Loueurs de chevaux et de voitures, son épouse : Marie ROLOT n’exerce aucune profession. Tous les deux, sont consentants et présents au mariage de leur fils. Il n’y a pas été fait de contrat de mariage.

 grand format

Les deux témoins du marié sont ses oncles : Jules PIAT 37 ans, exerçant la profession de Marchand de vins et Traiteur à Paris. Le second : Eugène Michoux, 41 ans, Marchand boucher à Nevers. Quant à ceux de la mariée : Jean Godard, 57 ans Vannier à Nevers, Louis Pasquelin 54 ans, propriétaire à Nevers. Tous les deux oncles de l’épouse.

 grand format

Eugène décèdera encore jeune puisqu’il n’a que 49 ans, chez ses parents à Issy les Moulineaux le 31 décembre 1905.  A son décès il habitait avec son épouse à Paris 24, rue Saint Sulpice, où il était dit qu’il exerçait la profession de Publiciste. En 1906 nous retrouvons Marie Berthé à Nevers 3, place Maubert, certainement retournée chez ses parents quelque temps, mais en 1908 au mariage de son fils elle est domiciliée à Paris 12ème 86, avenue Daumesnil.

 

Paris Rue_Saint-Sulpice,_Paris_March_2012

 À ma connaissance, Ils ont eu : 3 enfants à Nevers. :

 

-         1) Une fille en premier : Eugénie le 27 janvier 1881, les parents habitent encore à Nevers : 49, rue de la Nièvre, son papa exerce toujours le même métier. Elle se mariera le 21 avril 1910 à Paris avec Jules Joseph CUVELOT à la mairie du 14ème arrondissement. Elle exercera le métier de Modiste et habitera impasse du Maine.

 

Presque 2 ans après la première naissance : Maurice Pierre voit le jour le 23 décembre 1882, à Nevers. Il se marie une première fois : le 24 juin 1906 à Issy les Moulineaux avec Juliette Eulalie RIBAILLIEZ. Ils avaient eu un fils en 1905 : René Jules. Juliette décède à Rambouillet le 23 juillet 1907. Très vite il se remarie avec Hélène Marie EDVIR le 21 avril 1908 à Issy les Moulineaux, elle aussi est modiste. Un contrat de mariage est passé chez Maître BACHELEZ à Meudon. Une petite fille verra le jour le 22 août 1912 : Jane Lucile, qui ne vivra que 5 mois et décèdera peu de temps après son papa Maurice Pierre qui lui décède le 18.11.1912 à Issy les Moulineaux. Triste vie pour ce second enfant du couple PIAT/BERTHE, qui sera souvent entouré par la mort.

grand format

Ces arrières grands-parent sont tout à fait l'air honorable, que s'est-il passé pour que  Le troisième mon grand-père Paul Eugène, soit le vilain petit canard de la famille,  et laisse des trâces indélébiles sur ses enfants ? puisque sa vie n'a  pas été aussi lisse que celle  de sa sœur et de son frère. Pourtant au départ les chances semblaient être les mêmes.

Né, semblerait-il dans une bonne famille pourquoi a-t-il fait de sa vie ce qu’elle a été ? et que certains de la génération suivante aient suivi ?

C'est aussi cela la généalogie, des questions sans réponse.