• Cette semaine rentrons un peu à l’intérieur de la vie de mon grand-père.
  • Avant de passer à l’étape suivante : la famille de ma grand-mère les Auffret.
  • La semaine dernière, le coup de pouce du généalogiste professionnel m’a ouvert certaines portes. Mais il y a eu aussi, la lecture de mon blog par des Internautes inconnues. Nous ne pouvons pas nous imaginer combien les blogs ou les réseaux sociaux peuvent avoir d’impacts. Dans la même semaine, j’ai reçu  deux témoignages très intéressants.
  • Résultat de recherche d'images pour "internet"

     
  • Une Internaute inconnue m’a contactée, par hasard. Son fils avait reconnu sur mon blog la pierre tombale de sa famille et lui avait fait lire le billet qui correspondait.  Il s’avère que nous sommes cousines germaines.

merci à Généanet qui a un site sur les cimetières très important et qui annuellement organise des journées "sauvons nos tombes". En dehors de ces jours, n'importe qui peut photographier les tombes partout en France et ailleurs et envoyer les photos à Généanet, c'est ainsi qu'une banque des cimetières s'est créée avant que certaines tombes oubliées, disparaissent à jamais.

  • De mon côté, à quelques jours d’intervalles, je me suis mis en rapport avec une dame, qui avait été mariée avec l’un de mes oncles ; j’avais trouvé sa trace sur Facebook. Toutes les deux ont pu me raconter une partie de leur vie au contact de ma famille. Elles sont chacune liées au 2  mariages de Paul Eugène PIAT.
  •  2 Paul Eugène 1926
  • Souvenez-vous : Paul Eugène PIAT, a été marié deux fois et je lui connaissais 8 enfants d’un côté et 3 de l’autre. Suivant mes recherches déjà effectuées et les anecdotes racontées soit par mon père biologique ou par ma mère, je savais que je risquais de me trouver face à un grand-père pas tout à fait convenable. Pour moi, on n’est pas convenable quand on ne dit pas à sa seconde épouse avant de se marier, que le soir de ses noces elle découvrirait 7 enfants qui l’attendraient à la maison.

Résultat de recherche d'images pour "12 enfants"

  •  
  • Pourtant, Paul Eugène n’était pas un imbécile, il semblerait qu’il avait fait les beaux arts, il  était parait-il : instruit et cultivé. Mais c’était un homme violent d’une jalousie maladive, il enfermait sa femme dans la maison, quand il ne l’attachait pas à son lit pour qu’elle ne sorte pas pendant qu’il était absent. Cette anecdote, je m’étais refusée à la croire quand mon père m’en avait touché deux mots. Mais là, sa  petite fille du coté de sa deuxième épouse m’a confirmé la violence et la jalousie incontrôlable de notre grand-père. Les 6 enfants, car en fait ce n’était pas 3 qu’il avait eu avec sa seconde épouse mais 6, tout comme avec la première. En tout 13 enfants vivants, dont il ne s’est pas beaucoup occupé, les laissant souvent dans une triste misère, sans arrêt sollicité par les huissiers et l’obligation de déménager. Parmi tous les actes que j’ai en ma possession, j’ai répertorié plus d’une trentaine d’adresses entre 1905 et 1954, toutes à Paris, sauf l’épisode de la guerre de 1914. A plusieurs étapes de sa vie, ses professions sont les suivantes : dessinateur, artiste peintre, employé de bureau, rentier dans les Hautes Pyrénées pour la période de 1914 et puis souvent sans profession, pour terminer en 1954 peintre en bâtiment.

Résultat de recherche d'images pour "homme violent"

 

  •  
  • Au début de sa vie maritale, je pense qu’il aurait pu évoluer autrement, car nous le retrouvons en 1909, comme Employé de bureau ou plus exactement greffier auprès d’un avocat au tribunal correctionnel de Paris. Mais semblant être magouilleur dans l’âme, il s’est fait avoir comme un bleu et a gâché la perspective d’une carrière dans l’administration. Il aurait fondé un cabinet d’affaires avec des avocats stagiaires sans scrupules, avides de se faire une clientèle par un rabattage éhonté.   Il avait intitulé son cabinet : « Le Contentieux Rapide ». Comme de par ses fonctions, il connaissait les personnes appelées à comparaître, il les convoquait à son cabinet et leur demandait de l’argent pour leur procurer un avocat. Leur faisant remarquer la sévérité de la condamnation qui les menaçait et leur demandait 50 Fr pour la consultation, en déclarant qu’il était avocat. Malheureusement il a dû payer pour tous ses collaborateurs, puisqu’il comparaissait seul devant la 9ème chambre correctionnelle, sous l’inculpation de tentative d’escroquerie. Après la plaidoirie pleine de tact de Maître Mando, il a été acquitté, mais néanmoins révoqué et expulsé sur le champ.  
  • Résultat de recherche d'images pour "escroc"
  •  
  • Je pense que sa seconde épouse a été soulagée quand il est décédé  des suites d’une congestion cérébrale, attaque qui l’a surpris en attendant son tour dans une administration parisienne. A l’époque il vivait avec sa femme à une adresse prestigieuse qui m’avait interpellée quand je l’avais découverte sur son acte de décès. « Villa Montmorency » dans le seizième arrondissement de Paris. Maintenant  je sais pourquoi : ils étaient logés par une célèbre Duchesse, chez qui son épouse travaillait.

Résultat de recherche d'images pour "villa montmorency"

Et ma pauvre gand-mère j’aimerais savoir de quoi elle est décédée à 39 ans, j’essaie d’imaginer la vie qu’elle a eue auprès de cet homme. Plus personne n’est là pour me le dire.

  •  
    Résultat de recherche d'images pour "femme malheureuse"
  • Ma cousine vient de me faire parvenir des photos de ses grands parents et de leurs enfants. Rien ne laisse supposer la précarité dans laquelle ils étaient. Tous bien vêtus avec élégance, mais comme dit le proverbe : l’habit ne fait pas le moine. Malheureusement chez certains enfants il y a eu des séquelles parfois accompagnées de  maltraitances.

 

2 arlette

 

  •  
  • Guère mieux dans la première famille, plusieurs ont connu la prison et j’ai appris que le restaurant sur la N 7 où mon père m’avait emmené voir sa sœur que je n’avais pas vu, mais qui m’avait laissé une drôle d’impression était une couverture pour trafics en tout genre. Je ne vais pas creuser du côté de mes nombreux cousins, moi la fille unique sans cousins, je vais me contenter de mes deux cousines qui  s’en sont sortie et qui se sont construit des vies normales en donnant une bonne éducation à leurs enfants et en les  guidant vers de bons métiers.
  • Résultat de recherche d'images pour "nationale 7"
  •  
  • Quand je pense que maman m’avait dit : « tu vas trouver des choses auxquelles tu ne t’attends pas » tu seras déçue. Non je ne suis pas déçue, c’est mon histoire. Malgré la vie compliquée que j’ai eue,  moi j’ai eu la chance  malgré tout, d’être élevée dans un monde différent qui m’a appris les vraies valeurs que j’ai moi-même inculquées à mes enfants tout comme mes deux cousines. La vie c’est aussi ça, quelque soit les malheurs que vous avez vécus, dites-vous qu’il y a encore pire.
  •  
  • à bientôt................