Revenons donc à la reconstitution de la famille du 1er mariage.

 

Enfants du 1er lit de Paul Eugène PIAT et Adrienne AUFFRET

 

Voici donc ce que j’ai glané par la suite au cours de mes recherches, concernant les enfants du couple. Quand je le peux, je reconstitue les familles avec leurs actes de naissance, de  mariage et de décès.

 Renée et Paulette Piat

 

1) Paule, Adrienne Marie PIAT  (serait-elle ma Paulette de la photo ?) elle est née avant le mariage de ses parents le 23 février 1905 Paris 14ème chez  une sage femme Madame Hermance Escudé 1, rue Focillon Paris 14ème

Le premier qui l’a reconnue le jour de sa naissance le 23 février 1905, c’est son père à Paris 14ème et sa mère ne la reconnaîtra que le 30 novembre 1905 et elle  sera légitimée le jour du mariage de ses parents le 7 juin  1906 dans le 5ème, ils habite 71, rue de la Seine Paris.

Adrienne Joséphine AUFFRET n’a que 17 ans.

Paul Eugène PIAT lui, a 22 ans. Au mariage de Paule Adrienne Marie, sa fille. Paul Eugène habite : 19, rue de Patay PARIS 13,  Il est dessinateur.

 Paule, se marie le 8 octobre 1932 à Paris 20ème –  elle a 27ans

Avec : René Georges SCHMITT lui, a20 ans, il est maçon il est né le 29 janvier 1912 PARIS 20ème. A son mariage la mariée habite : 112, boulevard de la gare. Paris.

Elle décède au Kremlin Bicêtre (94) 78, rue du Général Leclerc le 11 juillet 1955. À l’âge de 50 ans

À son décès elle habite : 51, rue Danton au Kremlin Bicêtre.

 

bibelot-choux-rose-8

2) Fernande, Adrienne PIAT (enfin, voilà ma Fernande ! Eh ben non, il y en a eu certainement une autre puisque maman l’a côtoyée et m’a souvent dit que je lui ressemblais.) Celle-ci, est née le 4 décembre 1906. 123, bd du Port Royal dans le quatorzième arrondissement de Paris. Cette maternité est une des plus grande de Paris à cette époque. Depuis, modernisée, refaite elle existe toujours et elle est réputée. Ses parents Paul Eugène PIAT Et Adrienne Joséphine AUFFRET habitent 123, rue Didot ; la maman est dite couturière et le papa « employé ». La déclaration a été faite par 3 employés de la maternité, le père est absent. Malheureusement cette petite décèdera à Paris 13ème le 4 mars 1912.

Cela expliquerait certainement le prénom qui aurait été donné à une autre fille de la même famille.

bibelot-choux-rose-8 

3) Adrien Paul PIAT : est né le 28 janvier 1909 Paris 13ème 99 bd de l’Hôpital

Les parents habitent : 24 rue Daubenton Paris – le père est absent.

Déclaration faite par la sage femme.

 a) Marié Paris 13, une première fois le 25 juillet 1931

 Avec ALAMONE Madeleine – divorcée par jugement rendu le 6 décembre 1950 cour d’appel de Paris.

b) Marié une seconde fois : à Cachan le 5 septembre 1953, graveur sur métaux. 44 ans

Avec Josette Anne Marguerite HAUPPERT 29 ans

Dans les témoins du mariage un certain Georges Robert GARDEZ (époux ou concubin d’une sœur de Adrien Paul : ma fameuse Fernande) maroquinier 51, rue Danton au Kremlin Bicêtre 94 (même adresse que la sœur Paule Adrienne). Voici encore notre Georges GARDEZ, celui qui soit disant est l’inventeur du jeu de la Libération.

 

Adrien Paul        est décédé à Bordeaux 33, le 26 mai 1978 au 1, rue Jean Burguet, domicilié 3, rue Alphonse Dupeux – retraité – époux de : Josette Anne Marguerite HAUPPERT .

En consultant le site FILAE sur Internet, je viens de retrouver la descendance du couple PIAT/ALAMONE  et je peux redescendre jusqu'à nos jours. J'ai essayé de contacter la propriétaire de l'arbre, mais à ce jour elle ne m'a pas encore répondu.

Renée et jean baptiste2

 

 4) Jean Baptiste PIAT : né lui le 28 mars 1914 à Ségus (Hautes Pyrénées). Mais est-ce lui qui est né à Ségus ou son frère Paul, puisqu'ils avaient échangé leur identité ? Comme je vous le disais dans le billet précédent, cet acte est vraiment bizarre en tout point de vue. Je reste convaincue que c'est un faux.

Que faisait d’un seul coup cette famille a SEGUS dans les Hautes Pyrénées, alors que nous la croyons ancrée à Paris. A quelques mois de la déclaration de guerre en juillet 1914. Nous pourrions supposer étant donné les générations suivantes que c’était un moyen de se sauver des obligations militaires. C’est un sujet à creuser.

Jean-Baptiste est mon père, je vous ai raconté plus ou moins sa vie plus haut. Récapitulons :

 1) mariage le 30 décembre 1939, Paris 13ème

avec : Denise, Geneviève RECH 17 ans née le 28 février 1922 Paris 13ème,  qui demeurait au 151, avenue d’Italie mais résidait avec Jean au 157, avenue d’Italie Paris 13.

Jean au moment de son mariage était monteur, mais sous les drapeaux en tant que soldat puisque nous étions en guerre. Compagnie de l’Air 58/110. Pour ce mariage comme pour le second les renseignements concernant son père ne sont pas connus, il semblerait qu’ils ne se fréquentaient pas à cette époque. Il n’a pas été fait de CM.

Les témoins sont :

1) René ROGER, SP 33, rue Danton au Kremlin Bicêtre

2) Paul PIAT dépanneur radio. 74, avenue Fontainebleau Kremlin Bicêtre témoins majeurs.

Mariage dissous par jugement de divorce rendu le 10 décembre 1945. Par le tribunal de la Seine et transcrit le 12 octobre 1946.

De cette union est né : Claude PIAT en 1939.

 

2) liaison avec ma mère Renée Pascaut de 1942 à 1947, 1 fille : moi.

 

3) Mariage le : 9 mai 1953 Paris 11ème, chauffeur avec Yvette Marie Charlotte LEMASSON SP. Née à Cherbourg (Manche) le 12 juillet 1915.

Jean Baptiste au moment de son mariage en 1953, il habite lui aussi au 51, rue Danton au Kremlin Bicêtre. Pas de CM.

Témoins :

1)  Alice HAMAN gardienne d’enfants 48, rue de la Marne à Neuilly Plaisance

2) Henri PHEUDE, cafetier, 93, rue de Montreuil.

De cette union est né : Christian le 6 septembre 1953 Paris 13ème.

 

Jean Baptiste est décédé le 27 avril 1984 à la Bruyère (Oise) Hôpital de personnes âgées. Inhumé à Paris. Ses deux épouses aussi.

 bibelot-choux-rose-8

5) Gabriel Eugène PIAT né le 20 octobre 1915 à Lourdes (Hautes Pyrénées)

Il est né Maison Sourès chemin de Larrouza à Lourdes .

Ses parents à la naissance sont domiciliés à Lourdes.

Le père est présent puisqu’il signe l’acte de naissance avec deux témoins : Félix Jacob 29 ans boucher et Jean Pierre Larrouy, 41 ans sergent de ville domiciliés tous deux à Lourdes.

Cette seconde naissance à Lourdes (Hautes Pyrénées) à 6 kilomètres de la naissance précédente 19 mois après mon père,  transforme les certitudes que j’aies depuis le début des recherches et laissent penser que je suis sur la bonne voie et que le couple PIAT/AUFFRET sont bien les parents de mon père et que la rédaction de son acte de naissance est contestable.

 Il se marie le 29 août 1936 Paris 13ème. Il a 20 ans, il est dit : manœuvre, au moment du mariage il est domicilié : à La Courneuve 91, rue de Flandre et réside 13, rue de la Vistule.

Paul Eugène PIAT le père du marié, lui habite au moment du mariage à La Courneuve 91, rue de Flandre, il est dit sans profession. Présent et consentant.

Pas de CM.

Avec : Suzanne SAIGNE

Les témoins sont :

René SCHMITT (époux de la sœur Paule Adrienne) manœuvre, domicilié 8, rue de l’Industrie Paris 13ème (une rue du 13ème arrondissement souvent mentionnée par ma mère)

Robert PREZINAS ajusteur 105, avenue d’Ivry Paris 13ème.

Tous deux majeurs.

 

Il décède au Kremlin Bicêtre le 7 juin 1992 (78, rue du Général Leclerc) il décède donc à l‘Hôpital du Kremlin Bicêtre, il est domicilié : à Ivry sur Seine 18, rue Gaston Monmousseau

A titre indicatif :

Son épouse décèdera à Ivry sur Seine le 10 novembre 2014

Un acte de notoriété a été établi le 9 avril 2015 par Maître Patrick AZIZA notaire à Ivry sur Seine ;  Office Notarial 94017. Mention apposée le 28 mai 2015.

Résultat de recherche d'images pour "famille nombreuse caricature" 

Voici donc la famille de Paul Eugène PIAT reconstituée. Sauf qu’il me reste à trouver la naissance de la seconde Fernande PIAT en relation ou mariée avec Georges GARDEZ qui en 1931 était maroquinier et habitait le Kremlin Bicêtre. Elle serait née certainement après le décès de la première Fernande entre mars 1912 et le 13 février 1925, date du décès de sa maman.

Mais la plus grosse énigme est celle du frère de Jean Baptiste  qui a échangé son identité avec lui. Je l’ai toujours entendu appeler « Paul » Mais se serait-il vraiment prénommé Paul ? Ne serait-il pas le fameux Gabriel Eugène ? Pure supposition.

 Résultat de recherche d'images pour "changement d'identité caricature"

Le dit Paul aux dires de sa petite fille, serait né en 1910 et il serait décédé en 1997 (juin ou juillet) il habitait Montreuil, information donnée par sa petite fille, L’année l’a marquée car c’est celle de la naissance de son fils. Or, les mairies de Montreuil, du Kremlin Bicêtre et d'Antony qu'elle m'avait indiquées, disent ne pas avoir de décès sous ce nom.

Ce Paul aurait eu une vie particulière. Voici ce qu’elle me confie par écrit :

Mon grand-père, n’a pas fait et n’a pas voulu  faire son service militaire, ce serait pour ça, qu’ils auraient échangé leur identité d’après mon père. Mon grand-père était un homme spécial, très discret et très solitaire. Il vivait de bricole avec son atelier et notamment de fabrication de meubles en rotin. Il  était gentil, mais il parlait peu. Il aimait les gitans qui vivaient sur le terrain d’à côté comme s’il faisait partie des leurs. Ma grand-mère ressemblait à une espagnole avec des cheveux longs noirs et bouclés. C’était des gens simples qui vivaient dans un petit pavillon bricolé au bord du périphérique à Montreuil."

Alors, voyez-vous quand on cherche sur l'état civil et que l'on ne trouve pas, vous avez plusieurs autres ressources. Par exemple sur le site "Généanet" que je vous invite à consulter souvent, il y a une rubrique "fonds documentaires ou Bibliothèque" qui vous indique si votre patronyme s'y trouve. Là, il faut vous armer de patience et les regarder un par un et je vous assure ça paie. C'est ainsi que que j'ai trouvé un fait divers qui m'en dit long et qui me confirme l'année de naissance de mon "Paul PIAT" en 1910. Plusieurs journaux d'avril 1937, relatent un accident de voiture plus ou moins suspect au départ, qui me confirme la personalité dont me parle sa petite fille . Cet accident,  a eu lieu à Choisy le Roi vers 23h, au volant de cette voiture neuve il y avait 5 jeunes garçons certainement en "goguette". Le conducteur, un certain Adam Queudanne 22 ans "marchand forain" quatre autres passagers, dont un certain Paul Piat 27 ans demeurant 46, avenue d'Italie Paris 13ème.

Pour en savoir plus, j'ai continuer à chercher d'autres articles de journaux différents, racontant le fait divers avec d'autres détails. Par exemple  sur le cadavre  d'un passager, se trouvait une convocation au tribunal correctionnel le mardi précédent . Ils étaient tous convoqués pour une affaire de vol d'appareils TSF les deux survivants Roger Queudanne et Paul PIAT, ont été reconnus complètement innocents !!!!.  Peut être innocents soit, mais en 1939 au mariage de mon père, notre fameux Paul est indiqué comme : "réparateur de TSF". Voyez-vous les recherches généalogiques ne sont pas seulement une histoire de dates et  d'années. C'est en fait un parcours de détective  et pour certains un vrai roman policier.

 

A bientôt pour la suite? La prochaine fois nous décortiquerons la fiche de Matricule de mon grand-père......